Restaurant

CARMA
Consistance, Qualité et Créativité

Le Liban est un pays réputé pour la qualité de son secteur de service, et surtout pour ses  habitants bon-vivants, dont la devise est souvent “profitons de chaque jour comme si c’était le dernier ”.
Ironiquement, c’est le métier de l’hospitalité qui en est la première victime. C’est un milieu qui reste éphémère, les lieux s’allument, toujours, partout. Et ils s’éteignent parfois tout aussi brutalement, comme des feux d’artifice.
Certaines enseignes réussissent cependant à transcender ce constat, et deviennent des références dans le paysage.

Créé en 1994, le groupe de restauration CARMA s’occupe non seulement de la restauration de country clubs de renom – La Marina Dbayeh, Jeita Country Club-, mais a aussi su étendre son expertise jusqu’aux mariages, évènements caritatifs, évènements d’entreprises, anniversaires…

“Lorsque nous avons fondé Carma, nous avions choisi la niche des country clubs. A l’époque, les hôtels avaient le vent en poupe pour les cérémonies de mariage. Et puis, les mariages en plein air ont pris le dessus, et ça s’est fait naturellement », explique Charles Mansour, co-fondateur du groupe Carma Catering. « Il faut savoir suivre les modes d’une société, s’adapter à la demande, tout en respectant l’identité de l’entreprise.”

Etre à l’écoute donc. “Le client vient avec des désirs, et un budget, et puis nous nous occupons de tout. Pour cela, il faut tout d’abord savoir exactement ce que le client veut. Sa vision est la ligne de mire, que nous venons ensuite renforcer avec la nôtre.”ajoute M. Mansour.

Il est cependant important, qu’une entreprise de restauration garde une cohérence et une consistance dans son service.
M. Mansour précise : “le principal soucis de Carma, est le rapport qualité/prix”.
Des produits frais, soigneusement commandés une saison à l’avance – une saison s’étend d’Avril à Septembre-, une cuisine répondant aux normes de sécurité alimentaire, et surtout, une équipe qui repousse constamment ses propres limites.

Les Chefs

Les chefs de Carma ont chacun une expérience qui les précède – Chef Antoun a par exemple appris des plus grands, durant sons temps chez Le Nôtre- mais ils n’arrêtent pas pour autant de la construire.
Le staff se rend notamment régulièrement à des séminaires internationaux de cuisine et de gastronomie.
“C’est ainsi que nous allons bientôt lancer un nouveau buffet pour les mariages et évènements”, annonce M. Mansour, un sourire aux lèvres.

Pour pouvoir répondre à de telles ambitions, il faut bien entendu se donner les moyens, et le mérite revient autant aux cuisines qu’au management.
Aujourd’hui, Carma a retravaillé sa structure même, avec notamment l’ouverture d’une cuisine centrale, à Bikfaya.

Les qualités qui font un bon restaurateur pour M. Mansour ? “Consistance, qualité, créativité.”
Le client aime être surpris, avec ce qu’il connaît déjà. On ne change pas une recette qui marche, mais en gastronomie, une recette n’est jamais figée. Au contraire, chaque assiette a son goût unique et c’est ce qui rend un service universel, et intemporel.